LES FILMS DE GLADIATEURS

 

INTRODUCTION

 

Immortalisé par la fameuse question du pilote Peter GELLAR dans

Y a-t-il un pilote dans l'avion ? des ZAZ :

"Et tu aimes les films de gladiateurs ?"

le peplum de gladiateurs fut un genre florissant.

 

De la même manière qu'un film de kung fu est ponctué de combats d'arts martiaux, ou qu'un cape et d'épée d'escrimes, le péplum de gladiateurs montre régulièrement tout au long de l'intrigue des combats dans l'arène. Les gladiateurs sont souvent cités dans les péplums au détour de quelsques séquences. Les péplums de gladiateurs s'attachent exclusivement à ces combattants.

Selon les productions, c'est le quotidien des gladiateurs qui peut-être décrit (la vie dans l'arène), ou alors on s'intéresse plus particulièrement à la figure emblématique du genre : Spartacus. Le plus souvent, les héros sont des gladiateurs affranchis. Passés maîtres dans l'art de tuer et ayant connu les affres de la servitude, ils vont mettre en pratique leur talent au service des démunis. Je considère ses gladiateurs comme les Ronins de l'antiquité, la philosophie en moins (Les dix gladiateurs et les 7 gladiateurs).

 

Des liens se sont cachés dans le paragraphe précédent, utilisez les pour sauter directement dans la partie qui vous semble la plus alléchante.


LA VIE DANS L'ARENE

 

Les femmes et la gladiature

Le féminin du mot latin gladiator est très sérieusement gladiatrix. Des femmes s'illustrèrent dans l'arène et connurent leur de gloire. Deux noms nous sont restés et ils sont lourd de sens, il s'agit de Amazonia et de Achilia. Les combattants tachaient de se démarquer des autres par un nom qui claque. Ces deux femmes ne pouvaient mieux choisir que celui des célèbres guerrières de la tradition pour l'une et l'évoquation d'une version féminine du plus valeureux combattant grec de la guerre de Troie.

Le cinéma n'est pas passé à côté de la possibilité d'allier à l'aventure antique, l'atout du charme. On a ainsi eu droit à pas mal de films mettant en scène des gladiatrix. Et Gladiator de Ridley Scott a remis ce créneau au goût du jour.

a ARENA

Roger CORMAN réussit le tour de force de faire un péplum de gladiatrices blaxploitation. Son film, , mettait en valeur la plastique irréprochable de la déesse Pam GRIER. Le DVD de la collection Roger Corman est malheureusement en format recadré, détruisant complétement la composition en format scope original. Lors des combats, la plupart des coups étaient portés en dehors du cadre de la télé et deviennent donc complétement invisibles. C'est frustrant.

Le film est néanmoins très divertissant. Le budget réduit est utilisé au mieux par un ressérement au niveau des décors. Les scènes se déroulent majoritairement dans les lieux clés d'un film de gladiateur, c'est à dire l'arène et les quartiers des combattants.

Le réalisateur réemploit même une astuce qu'Orson Welles avait utilisé pour Othello alors qu'il n'avait plus de costumes pour ses acteurs. Une séquence se déroule entièrement dans un hamam !

Côté acteur, il faut noter la présence de Mimo Palmara, pilier des productions péplumesques de l'âge d'or en Italie. Pam Grier nous gratifie d'un numéro de danse sensuel à vous en faire exploser la rétine !

b LES GLADIATRICES

Ce film a été réalisé dans les mêmes décors, avec les mêmes acteurs et en même temps que Taur, le roi de la force brute (Taur il re de la forza brutale) du même LEONVIOLLA. Si le héros s'appelle Taur, son nom à l'origine était Tarzan, mais la famille BURROUGHS, décendant du créateur du mythe de l'homme-singe, avait tiqué. De toute manière, le héros ne saute pas de branche en branche et n'a aucune autres cararctéristique du seigneur de la jungle. Dans ce film, il se fait enlever par des amazones qui organisent des combats de gladiatrices.

Le film ménage des moments forts comme lorsque deux femmes qui s'aiment sont obligés de s'affronter dans l'arène et finissent par se suicider dans les bras l'une de l'autre plutôt que de devoir tuer l'une et continuer à vivre sans elle. C'est un passage très beau, très romanesque, car traîté au premier degré, comme le sujet l'exigeait. Evidemment ça fera sûrement ricaner bêtement les imbéciles, mais peut-être pas finalement car ceux qui en seront succeptibles, plus habitués au production du genre TAXI, n'auront l'idée de fréquenter la salle de ciné qui projettera le film. Ca leur ferait pas de mal pourtant, ils verraient ce que c'est qu'un vrai divertissement populaire.

21 anneaux sont donnés à chaque combattante, à leur entrée dans l'école de gladiatrices. A chaque adversaire abattu, une annneau leur est retiré. Lorsque tous les anneaux leur ont été enlevés, elles sont affranchies. La méchante du film n'a plus que deux anneaux entre elle et la liberté : une vraie tueuse !!!

Il faut être honnête, l'intérêt du film diminue nettement quand Taur apparaît. Il faut dire que c'est quand même le plus grand blaireau que l'antiquité est jamais portée. Avec ses accents paternalistes et machistes, ce péplum à ces moments là pue vraiment sous les bras.

 

g LES NOUVELLES GLADIATRICES

L'actualité du pélum est assez riche. Il faut chercher maintenant du côté des productions destinées au câble et le marché du direct to video pour avoir notre part d'aventures antiques. Ainsi récemment Roger Corman a produit un remake de son classique Aréna.

Un autre péplum a été mis en route sur les mêmes rails que le récent Gladiator. Il s'agit d'Amazons and Gladiators. Cliquez pour avoir mon interview exclusive à moi de l'actrice principale Wendi Winburn.

 

Les hommes et la gladiature

a Aux Etats Unis, Victor MATURE s'engage dans une école de gladiateurs dans Les Gladiateurs de Delmer DAVES, qui fait suite au film La tunique.

b Gladiator de Ridley SCOTT, fait partie de ce mouvement.

 

Retour au menu de cette page


SPARTACUS

 

 

a Stanley Kubrick donna au genre son héros symbolique : Spartacus et au cinéma un monument en adaptant le livre de Howard FAST

 

b SPARTACUS (1952)

Mais l'importance de l'oeuvre de Kubrick ne doit pas faire oublier qu'un autre maître du 7e art avait déjà fait revivre le gladiateur rebelle, Riccardo FREDA, dans Spartacus, gladiateur de la Thrace. C'est un film tourné en noir et blanc, en 1952.

Cette fois ci, c'est Massimo Girotti qui endosse le costume de lutteur.

Comme à son habitude, FREDA ménage des scènes d'action enlevées, dont celles des jeux du cirque où des malheureux se font dévorer par des lions. Le visage des acteurs ajouté grâce à une surimpression habile sur des manequins déchirés par les félins, donne à la séquence une véracité saisissante.

 

g LE FILS DE SPARTACUS

Spartacus eut un fils, dans Il Figlio di Spartacus de Sergio Corbucci (1963). Film que je n'ai pas vu.

Reste que CORBUCCI donna quelques uns des plus beaux fleurons du cinéma populaire, que ce soit dans le genre qui nous intéresse ici ou dans le western spaghetti, notamment (DJANGO).

 

 

 d LA VENGEANCE DE SPARTACUS

tout est fini entre nous rend moi ma brosse à dents !Sa crucifixion à la fin du film de KUBRICK, ne l'empêche pas de faire son come back dans film de Michele LUPO (1965).

Pas un des meilleurs du genre, les bastons se résumant souvent à une distribution de baffes générales des moins impressionnantes.

Des hommes décidés à continuer la révolte, enlèvent le corps de Spartacus et font courir le bruit qu'il est encore en vie. C'était sans compter la présence d'un inévitable traître dans leur rang.

(Equipe et photos du film)

 

Retour au menu de cette page


LES DIX GLADIATEURS

 

Spartacus croise le chemin des "10 gladiateurs", héros récurents de ce sous-genre, dans le bien nommé Spartacus et les dix gladiateurs de Nick NOSTRO (1964). S'ils rejoignent ici les rangs des insurgés de Spartacus, ils participent à une révolte anti-Néron dans leur première aventure, intitulée sobrement Les dix gladiateurs, film réalisé par Gianfranco PAROLINI en 1964.

 

Mené par Dan VADIS, ces dix gladiateurs forment un groupe de saltimbanques, qui proposent leurs joutes en spectacle aux plus riches. Entre deux, ils en profitent pour sauver l'orphelin et faire du charme à la veuve. Les combats sont des matchs de catch antiques, assez distrayants. Il y eut d'autres aventures, qui me sont hélas inconnues.

La marque de cette série, c'est un plan montrant les 10 héros profitant de l'espace laissée par le cinémascope pour marcher côte à côte vers la caméra. (Equipe et photos des films)

Retour au menu de cette page


LES 7 GLADIATEURS

 

a Un bon péplum de gladiateurs, coproduit entre l'Espagne et l'Italie en 1962 et réalisé par Pedro LAZAGA : Los Siete espartanos.

On trouve parmi la distribution , Richard HARRISON, acteur fidèle aux productions italiennes, ayant passé par tous les genres : péplum (Persée l'invincible), western spaghetti, film de guerre et qui a fini sa carrière en Asie où il incarna Marco Polo avant d'échouer dans des sous-productions ninjas.

Le film s'ouvre par une évasion de cinq larrons, se poursuit tout de suite après avec un combat dans l'arène opposant Richard HARRISON à une bande de Gaulois tendance peau de bête. Les ayant mis en déroute après un bien beau combat, il est affranchi et profite de sa liberté pour partir aussitôt pour Sparte.

Arrivé à bon port, il apprend que son père est mort et se fait accuser du meurtre du père de son amour d'enfance (la belle Loredana NUCIAK). Y a des jours comme ça où rien ne va ! A l'aide d'un ami fidèle, il prend le maquis et contacte les cinq évadés du début, tous d'anciens gladiateurs.

Les trois premiers sont montrés dans des situations grotesques. L'un est en train d'écluser les cruches de vin d'une taverne, qu'il était sensé de livrer. Un autre s'exhibe dans une foire et le troisième s'est trouvé un emploi juteux de gigolo.

Les deux derniers sont trouvés au prise avec le troupe du fourbe Hiarba. La guérilla vengeresse débute donc avant même que toute la troupe ne soit entièrement formée. C'est donc à un traitement original de ce type de scénario auquel nous sommes conviés.

La réussite du film tient également au gimmick musical utilisé par les 7 gladiateurs comme signal, chacun sifflant tour à tour quelques notes qui constituent au final l'ensemble de la mélodie. Dans les moments de grande tension, cette mélodie est reprise orchestralement dans la B.O. du film. Ce qui fait un effet bath !

(équipe du film)

 

b En 1983, dans un dernier sursaut du péplum, on trouve Lou FERRIGNO ( Hulk himself ), au côté de Sybil DANNING, dans The Seven Magnificent Gladiators de Bruno Mattéi. Je ne l'ai pas vu, mais il paraît que c'est un démarquage péplum des 7 samouraïs de KUROSAWA. Ca a l'air plutôt alléchant...

 

Retour au menu de cette page

 

ACCUEIL