Hercule

 

Dans la mythologie Hercule a un caractère soupe au lait, il peut passer d'un état de joie intense à la dépression la plus profonde. Ses sautes d'humeur sont souvent mortelles, puisqu'il ne contrôle plus sa force à ces moments là. Pour chatiement de ses crimes, il doit se mettre au service, carrément en esclavage, du roi offensé.

C'est en obéissant aux ordres qu'on lui donne qu'il accomplit la plupart de ses TRAVAUX. Il se bat contre des animaux fabuleux, un taureau ou un sanglier, particulièrement féroces et forts. MIYASAKI dans son sublime Princesse Monoke, reprend ce thème d'un monde à la limite de la légende et de la réalité, peuplé d'animaux fabuleux.

Dans beaucoup d'encyclopédie du cinéma, il est dit que la saga d'Hercule a pris la relève de celle de Tarzan, qui à la même époque commençait à s'épuiser. La comparaison est d'autant plus facile que certains acteurs des superproductions antiques furent des transfuges de la jungle féroce.

De toute manière, c'est un juste retour au source puisque dans le premier tome qu'Edgard Rice BURROUGHS, consacre à Tarzan, il le décrit de la manière suivante :

"Ses traits réguliers, son corps musclé comme devait l'être celui des anciens gladiateurs romains, mais avec, en plus, la douceur et le galbe d'un dieu grec, donnaient à la fois une impression de force, de souplesse et de rapidité." (Tarzan, seigneur de la jungle, édition NEO)

Et dans la version bande dessinée, Burne HOGARTH s'est inspiré des statues antiques représentant Hercule, pour réaliser ses anatomies très précises du personnage.

Au cinéma, Hercule réalise ses grands travaux dans son coin, vit des aventures qui n'appartiennent pas aux légendes ou alors il fait équipe avec d'autres figures légendaires... Parfois ce n'est même pas Hercule qui intervient dans l'histoire, remplacé par un imposteur !!!

Vous pouvez également vous intéresser à la saga d'Hercule en suivant la chronologie des films.


LES HAUTS FAITS D'HERCULE

 

LES TRAVAUX D'HERCULE

 

C'est le film qui consacre non seulement le péplum italien comme genre roi mais également un style, celui de Mario Bava. C'est lui qui porte véritablement le film sur ses épaules. Ses recherches sur les couleurs, sur les textures, serviront de gamme étalon pour tous les péplums produits par la suite (dont il occupera parfois le même poste de directeur de la photo).

Il s'occupe aussi des effets spéciaux, il filme le dragon (un type dans un costume), gardien de la toison d'or, en perspective forcée. Il a un air de famille avec Godzilla (je parle de l'illustre japonais pas du sinistre américain évidemment), jusqu'aux cris qu'il pousse qui ressemblent à ceux du roi des monstres.

L'intrigue en elle-même fait intervenir Jason et les Argonautes et leur recherche de la toison d'or, vu du point de vue d'Hercule.

équipe et photos du film

 

HERCULE ET LA REINE DE LYDIE

 

Suite directe du précédent, il a les mêmes qualités car réalisé par la même équipe. Celle ci maintenant parfaitement rodée, donne à merveille de la chair à la mythologie. Pietro FRANCISCI soigne sa mise en scène et met la main à la pâte au scénario. Mario BAVA se charge de jouer avec la couleur, mais toujours avec cohérence. Steve REEVES en impose sans jouer des mécaniques et il joue avec intelligence. Sylva KOSCINA illumine la pellicule de son charme, c'est je pense la meilleure définition de la photogénie.

Ulysse et Hercule

Rien à redire, tout à apprécier. C'est beau.

équipe et photos du film

 

LES AMOURS D'HERCULE

 

On peut voir ce film comme un remake des deux des précédents. Hercule affronte le taureau de Crète et croise le chemin des amazones comme dans Les Travaux d'Hercule. Alors qu'il est amoureux de la reine d'Ecalia, Hercule tombe sous le charme hypnotique de la reine des amazones; on le voit il s'agit du même thème que Hercule et la Reine de Lydie.

En prime, Hercule affronte l'hydre de Lerne, un très beau dragon mécanique laborieusement décapité par un Mickey HARGITAY qui tient ici lieu d'Hercule. Il tirera sa bien aimée également des griffes d'un yéti impromptu.

Le double rôle des reines est tenue avec conviction par Jayne MANSFIELD (madame HARGITAY à la ville), qui savait parfaitement jouée les pin up délurées dans des comédies pétillantes et loufoques telles que La Blonde et Moi ou La Blonde Explosive. Elle fait ici merveille dans le monde du péplum.

équipe et photo du film

 

LE TRIOMPHE D'HERCULE

 

Daté de 1964, il s'agit d'une des dernières aventures d'Hercule, s'inscrivant dans le crépuscule du péplum, genre qui tombait à cette époque en désuétude en Europe, au profit du western. Vers la fin, la saga d'Hercule s'écartait de la mythologie pour se trouner vers le gros bras de série (mais une bonne série quand même !). Pire son nom était utilisé à tourt et à travers pour l'exploitation internationale. Pour simplifier, C'ETAIT LA FETE DU SLIP !!!

Ce film renoue avec les moyens du bord avec la mythologie et redonne au personnage ses caractéristiques propres. Ainsi, il affronte rien de moins que les Hécatonchires, des fils de Gaïa envoyés en exil dans le Tartare par Zeus. Budget oblige, ils n'ont pas cent bras, mais " frappent comme s'ils avaient mille mains " dixit un des personnages. Ils sont tout de même affublés d'une belle couleur or pour faire fantastique.

Hercule retrouve son tempérament colérique légendaire. Pris d'un coup de folie, à la suite de l'enlêvement de sa belle, et mal conseillé par le méchant de service, il réduit le village de ceux qu'il accuse à tort du crime en ruines et tue même un innocent avant de reprendre ses esprits. Zeus lui-même (seulement un éclair dessiné à la main à même la pellicule) le punit et lui ôte sa force.

Dan Vadis (un des dix gladiateurs), interprète un Hercule à plusieurs facettes, tantôt naïf, un brin gamin espiègle (lorsqu'il se défait en riant des Hécatonchires), mais également colèrique par accès de fureur. Le début le montre en hermite, dont l'acèse consiste à édifier un temple à la gloire d'Athéna.

Le réalisateur, Alberto de Martino, prend soin de son personnage et lui laisse le temps de parler de ses erreurs passés, annonçant par la même occasion, dans un modèle de cohérence scénaristique, son prochain coup de folie. Et comme il n'est pas manchot, il ménage des rebondissements à foisons qui font que ce péplum reste passionnant de bout en bout.

photos du film

sommaire de la page

 


LES NOUVELLES AVENTURES D'HERCULE

 

Hercule va réaliser au cinéma des exploits qui ne sont pas narrer dans la mythologie. Il va traîner ses sandales du côté de l'Atlantide ou vivre des aventures plus terre à terre, telles qu'affronter des tyrans, où il va perdre les caractéristiques qui le distinguent des autres supercostauds de l'antiquité.

 

HERCULE A LA CONQUETE DE L'ATLANTIDE

 

Je parle de ce film, dans la section Péplum Catastrophe, pour accéder directement à la zone correspondante, cliquez sur le petit Hercule qui suit...

HERCULE CONTRE LE TYRAN DE BABYLONE

 

La première surprise de ce péplum, c'est de trouver Peter LUPUS, le costaud de l'équipe de la série Mission : Impossible, en train d'évoluer entre deux colonnes antiques. Son interprétation est plutôt monolythique, mais il passe quand même bien à l'image dans la peau du demi-dieu.

Votre mission si vous l'acceptez, mettre la pâté au tyran !

 L'intrigue en elle-même a déjà servi de prétexte à moultes productions péplumesques, mais de toute manière ce qui importe dans le film de genre c'est la variation autour du thème. Il s'agit une nouvelle fois pour Hercule, de sauver un peuple opprimé, d'un tyran sanguinaire (fait de trois tyrans, deux frères et une soeur, pas un ne pouvant rattraper pas les deux autres).

Hercule est montré comme un homme des bois en peau de bête, un peu primitif, expert dans le lancé de roches et du maniemment du gourdin. Cela tranche nettement avec l'Hercule des films de Francisci ou de COTTAFAVI, où il est là un propriètaire terrien oppulent.

Le film se termine par la destruction de Babylone par Hercule. Il actionne grâce à sa force fabuleuse, un mécanisme de roue sur laquelle s'enroule des chaînes, reliées aux piliers qui soutiennent la ville. L'ensemble forme un excellent divertissement, servi par un petit maître du cinéma de genre, Domenico PAOLELLA (Maciste, l'Homme le Plus Fort du Monde, Maciste Contre le Cyclope...).

équipe et photos du film

sommaire de la page

 

 

HERCULE CONTRE LES FILS DU SOLEIL

 

Hercule s'offre des vacances au pays des Incas. L'esprit des vielles bandes déssinées d'aventures est plus présent que jamais (on peut penser à Tintin). Hercule, interprété par Mark Forrest, se rapproche de plus en plus de Tarzan. Ses tours de force sont modestes, de sorte qu'ils n'auraient pu poser de grosses difficultés au seigneur des singes. Il soulève quelques rochers, déplace une colonne pour effondrer une partie du décor sur ses poursuivants : il est vraiment en vacances !!!

Il va affronter un tyran très friand de sacrifices sanglants (du moins on nous le donne à penser) au dieu soleil et préter main forte aux résistants. L'aventure est très naïve. On nous répète une demi douzaine de fois comment le bateau d'Hercule, pris par dans une tempête, s'est échoué sur les côtes d'Amérique du sud.

Il y a un numéro exotique avec une jolie danseuse et on a droit à l'amourette chaste de rigueur. Sinon, Giuliano Gemma (mieux dans Les Titans) se contente de faire de la figuration sans trop en faire et l'ensemble du casting est passé au cirage.

C'est un péplum honorable, à voir avec toute la famille, qui aurait sans doute mérité un budget plus conséquent.

équipe et photos du film

 


HERCULE ET SES POTES

 

Hercule a très souvent partagé le vedette avec d'autres super-héros de l'antiquité. C'est le même principe que les cross over des comic books. Faire s'affonter deux personnages permet de rallier le public fidèle de l'un et de l'autre, et augmenter ainsi les chances de réussite.

Il y a aussi une part de jeu, pour rendre réelle une rencontre que l'on pouvait rêver jusqu'alors.

 

ULYSSE CONTRE HERCULE

 

La part belle est donnée au personnage d'Ulysse, c'est pourquoi je parle de ce film dans la page Mythe et Péplum, dans la partie "Héros de la guerre de Troie".

 

sommaire de la page

 

LES HERCULES DE SUBSTITUTION

 

HERCULE SE DECHAINE

 

Ce film à l'origine relate les exploits inédits de Samson. Le film a été retitré pour en faire une aventure d'Hercule. Ce qui fait que toute la mythologie passe à la trape, pour ne laisser qu'une épure de personnages de gros costauds sans identité propre.

Le film en lui même est quand même réussi. Serge Gainsbourg interprète avec zèle et onctuosité un fourbe de compétition (si jouer ce genre de personnage pouvait être homolgué il faudrait lui décerner une médaille d'or rétro active).

 PHOTOS ET EQUIPE DU FILM

 

HERCULE CONTRE MOLOCH

 

Ici, on frise la supercherie, Glauco, le personnage principal, a l'outrecuidance d'usurper l'identité d'Hercule pour mystifier ses adversaires. Il est tellement fort qu'il parvient même à tromper les titreurs.

 

ACCUEIL