Pour commencer, pouvez-vous vous présenter ainsi que ceux qui ont participé à la réalisation du Peuple Ancien ?
 
Julien Lacombe : Je m'appelle Julien Lacombe, j'ai 23 ans j'habite Paris et je suis etudiant en cinéma, j'ai déja réalisé en compagnie de mon compère Pascal Sid de nombreux courts métrages en dv. De nombreuses personnes ont participé a ce projet, mais retenons les plus importantes, Pascal Sid bien sur, mon compagnon de toujours, nous realisons tous nos films a deux. Yann Lauret le 1er assistant réalisateur, nous avons déjà travailler pour lui sur quelques projets et il n'a pas pu resister a la tentation d'un peplum. Nicolas Loir notre chef opérateur avec qui nous travaillons toujours et bien sur de nombreuses personnes tel que Nicolas Poitrine (chef éléctro), Mehdi Abdesslam (assistant opérateur), Julien Mariot (costumiers)... Bref une equipe dont la moyenne d'age ne doit pas depasser 23 ans.
 
Pouvez-vous me donner la petite histoire du Peuple Ancien, de l'idée d'adapter la nouvelle de Lovecraft jusqu'au résultat final ?
 
Julien Lacombe : Le jour ou j'ai lu la nouvelle de Lovecraft j'ai su qu'elle meritait d'etre adaptée, elle était franchement assez angoissante. Mais c'est surtout le melange du fantastique et du film d'époque. Mais cela remontait a plusieurs années et recemment apres m'etre replongé dans des recits antiques j'ai decidé d'y jeter un nouveau coup d'oeil et voir si l'adaptation n'etait pas possible avec des moyens limités. De plus la structure narrative de l'originale n'était pas vraiment assez elaboré, des soldats avancaient puis mourraient. Ce n'etait pas assez d'ou l'idée de faire intervenir une partie contemporaine avec des archéologues pour donner une structure plus lisible mais aussi plus conventionnelle. Une fois le scenario ecrit le reste releve de la preparation de tournage avec reperages et surtout recherche de fond. Grace a un prix gagné une année auparavant avec un autre court métrage auquel nous avions grandement participé nous avons reussi a reunir une somme raisonnable mais tout de meme bien faible pour tourner un peplum. Nous avions 65000 francs et 5 jours de tournage : le reste releve a mon avis du miracle car le tournage fut vraiment source de beaucoup de frustrations (meme si l'ambiance fut dans l'ensemble formidable).
 
Quelles ont été les principales sources d'inspiration pour le visuel du court métrage ?
 
Julien Lacombe : Les inspirations etaient multiples, du 13eme guerrier aux moissons du ciel, du trafic de soderberg (pour les dominantes bleu et "orange") jusqu'a a la ligne rouge de mallick. Pour moi des films au visuel détonnant, sans oublier gladiator qui reste pour moi un grand film. Mais pour moi le visuel du peuple ancien est tres en retrait par rapport a ces oeuvres, cela va sans dire. Et le fait que nous ayons manqué de temps pour le tournage nous a forcémment limité dans notre volonté de faire beaucoup de mouvement de caméra.
 
Au début les acteurs s'expriment naturellement en latin, comment avez-vous préparé cette séquence avec eux et comment avez-vous écrit les dialogues ?
 
Julien Lacombe : Naturellement est un bien grand mot mais il est vrai qu'ils ont fait beaucoup d'efforts. En fait la procédure fut assez simple, la premiere etape fut de faire traduire le texte en latin, ce fut fait grace au concours d'un professeur de latin. Puis nous avons enregistré une version dites par ce meme professeur avec l'accentuation. J'ai remis le texte avec traduction mot a mot aux acteurs (pour qu'il comprennent le sens de chacun des mots et pour pourvoir le jouer plus naturellement) ainsi que le texte dit. Je leur ai conseillé d'adopter une prononciation a italienne pour donner une impression de vivant et le tour fut joué. Mais la encore tout ne fut pas parfait, un des deux acteurs arrivé 1 semaine auparavant en remplacement d'une personne qui s'etait desisté a eu enormement de mal avec le latin. Completement stressé et presqu'incapable de se concentrer il fut difficilement sauvé au montage...
 
Les soldats de la patrouille romaine sont présentés dans leur quotidien avec leurs doutes ou leurs certitudes, cela du demandé un gros travail de documentation ?
 
Julien Lacombe : Bien sur le concours d'amateurs eclairés et ma passion pour l'antiquité ont facilité les recherches, j'ai lu de nombreux ouvrages sur le comportement de l'armée romaine en campagne, sur l'equipement militaire romain, la mentalité romaine et bien d'autres choses mais je pense que peu de ces choses se retrouvent vraiment dans le court métrage... Nous avons surtout tenté de savoir ce que nous aurions fait et l'avons appliqué a la sauce romaine.
 
Quel est votre prochain projet ?
 
Julien Lacombe : Nous avons de nombreux projets, mais nous projetons de filmer une scene d'action en pellicule melangeant le kung fu et le gunfight, une espece d'enorme bande démo avec des dizaines de figurants, le projet est deja bien avancé et devrait etre tourné dans quelques mois. Bien sur dans un futur lointain j'aimerai realiser un vrai peplum, un genre jamais approché en france ou presque. J'ai deja le scenario, disons que ce serait une adaptation de cette meme nouvelle de lovecraft, aux proportions plus imposantes. Digne d'un vrai peplum...
LE PEUPLE ANCIEN

INTERVIEW DU CO-REALISATEUR JULIEN LACOMBE

Quelques mots sur Le Peuple Ancien

Lovecraft nourrissait ses nouvelles des cauchemars qui peuplaient ses nuits. Cela apparaît nettement dans certaines nouvelles, telle que La chose Dans la Clareté Lunaire, des recueils Dagon ou Night Ocean. C'est justement de ce dernier qu'est tiré la nouvelle à l'origine du Peuple Ancien.

Elle se présente sous la forme d'une lettre , où un homme, Lovecraft lui-même, raconte un de ces rêves. Là encore la frontière entre le récit fièvreusement retranscrit dans les brumes du sommeil brusquement interrompu et la littérature sont abolies.

Dans une colonie romaine, en Gaulle, alors que toutes les tribus de la région n'ont pas encore été asservies, une patrouille est envoyée pour empêcher une fête rituelle sanglante. S'enfonçant dans les ténèbres de la forêt, les soldats vont perdre pied avec la réalité et le confort de la société civilisée telle qu'ils l'entendent et vont pénétrer dans un monde complètement inconnu...

Lovecraft est fidèlement adapté, de l'ouverture dans le monde d'aujourd'hui (des fouilles archéologiques à la place du récit du correspondant) jusqu'au final où les soldats romains se font décimer par une menace invisible, après le terrible cri de leurs chevaux laissés en arrière. C'est déjà donc un vrai bonheur de voir une nouvelle de Lovecraft prendre vie.

En matière de cinéma épique, comme Julien Lacombe le dit dans l'interview, les réalisateurs se sont tournés vers la référence moderne : Le Treizième Guerrier. On peut voir les personnages antiques devisés en latin et glissés vers le français. Et lorsque les combats éclatent, la caméra virevolte et captent à la faveur d'une torche brandie des scènes de barbarie.

Du tout bon, donc, de quoi attendre avec impatience, mais avec confiance, les prochaines oeuvres de ces jeunes réalisateurs, dont évidemment la réalisation de leur projet de péplum.

Retour à la Page d'Accueil du site Péplum

Les images sont tirées du site :

4 Saisons Production(s)